Keystone logo

Gagnant de la bourse Study a Master in Europe 2020 par educations.com

6 févr. 2024
Lauren Jacobson - Winner of the 2020 Study a Master’s in Europe Scholarship

Rencontrez Lauren Jacobson, la lauréate 2020 de la bourse Study a Master in Europe!

Lauren Jacobson a reçu 5 000 € pour ses frais de scolarité pour un Master en santé internationale au KIT Royal Tropical Institute en coopération avec la Vrije Universiteit Amsterdam. Regardez une interview avec elle ou lisez la transcription de l'interview ci-dessous.

Abby : Pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez choisi d'étudier à l'étranger aux Pays-Bas ?

Lauren : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j'ai choisi les Pays-Bas. Je pense que, d'un point de vue professionnel, je suis praticienne de la santé des femmes aux États-Unis et je me concentre principalement sur les droits de la santé reproductive et sexuelle et la prévention de la violence sexiste et l'atténuation de ses effets.

Les Pays-Bas sont très progressistes dans le domaine des droits en matière de santé sexuelle et reproductive, c'était donc attrayant. Du point de vue des soins infirmiers, si je voulais éventuellement travailler comme infirmière, ils ont des infirmières spécialisées, ce qui est un peu similaire au rôle d'infirmière praticienne aux États-Unis, donc c'était aussi attrayant.

De plus, juste en pensant à l'endroit où je voudrais passer mon temps, je suis allé deux fois à Amsterdam et je suis vraiment tombé amoureux de la ville. J'adore la culture du vélo et tout le monde est plutôt décontracté. Mais il y a toujours cette différence culturelle avec les États-Unis. Je ne voulais pas seulement aller dans un pays anglophone, malgré le fait que tout le monde ici parle très bien anglais. C'était assez différent, mais pas trop choquant.

Abby : Et comment avez-vous choisi le Master en Santé Internationale en particulier ?

Lauren : Lorsque je cherchais des programmes, je ne savais pas trop si je voulais faire un Master en Santé Internationale ou un Master en Santé Publique. En fait, j'ai demandé à quelques-uns de mes anciens professeurs d'infirmières ce qu'ils en pensaient, puis, connaissant mon parcours et mes objectifs, j'ai suggéré la voie de la santé internationale car ils savent que je suis également passionnée par le travail avec les populations défavorisées dans les pays à revenu faible et intermédiaire. . Cela m'a donc davantage orienté vers le Master en Santé Internationale car KIT a également un Master en Santé Publique.

Au sein de leur Master, il y a beaucoup de flexibilité. Vous avez un cours de base, que je termine maintenant, qui se concentre sur la médecine tropicale, mais après cela, vous pouvez choisir des cours qui se concentrent sur votre domaine de contenu. Pour moi, ce sont les droits à la santé sexuelle et reproductive. En fait, je travaille avec un expert en contenu. Elle a choisi les cours que j'aimerais suivre ensuite et a également formulé ma thèse.

Abby : Pourquoi avoir choisi KIT comme institution ?

Lauren : Pour certaines des raisons que je viens de mentionner, mais KIT est très axé sur le développement durable. Ils se concentrent beaucoup sur le genre. Ils ont également toute une équipe chargée des droits en matière de santé sexuelle et reproductive. Donc, même quand je pense à mes prochaines étapes après le Master, c'est un peu un endroit idéal où je me verrais travailler un jour. J'aime beaucoup leur mission globale. Encore une fois, la flexibilité d'arriver à vraiment affiner et choisir mon chemin dans mon domaine d'intervention. C'est à peu près tout.

Abby : Peux-tu nous en dire un peu plus sur d'où tu viens et ce qui t'a conduit jusqu'ici ?

Lauren : Je viens du Connecticut aux États-Unis. J'y ai également fait mes études de premier cycle, à l'Université de New Haven. J'y ai étudié la biologie et la médecine légale. Très tôt, je me suis concentré sur les questions de droits de l'homme par le biais de la voie de la science médico-légale, puis j'ai vite compris que je voulais prodiguer des soins. Je ne savais pas trop dans quelle direction : infirmière, assistante médicale, infirmière praticienne, médecin. J'ai commencé à réfléchir à un moyen d'intégrer mon désir d'être clinicien à cette formation en sciences médico-légales qui me passionnait également.

Je pense que, en grandissant, j'ai des frères et sœurs plus jeunes, alors j'ai regardé ma mère et ma belle-mère être enceinte de mes frères et sœurs. Je me souviens que lorsque j'étais jeune, je m'y intéressais beaucoup et m'intéressais beaucoup à la santé des femmes. J'ai eu la chance d'avoir beaucoup de femmes fortes dans ma vie. C'est tout naturellement que je suis devenue infirmière praticienne en santé des femmes. Donc, c'est venu plus tard. Je suis allé au Boston College pour ça.

Abby : Tu veux aussi parler un peu de ton travail ?

Lauren : J'ai travaillé comme infirmière praticienne à Boston dans le service d'obstétrique et de gynécologie du Beth Israel Deaconess Medical Center pendant quelques années. J'ai aussi travaillé à temps partiel dans le domaine de la planification familiale. Je fais aussi du bénévolat pour Physicians for Human Rights, donc je fais des évaluations médico-légales pour les demandeurs d'asile. Physicians for Human Rights fait beaucoup de choses différentes dans le domaine des droits de l'homme.

Les demandeurs d'asile, lorsqu'ils viennent aux États-Unis, créent un affidavit racontant leur histoire et expliquant pourquoi ils demandent l'asile. Leurs chances d'obtenir l'asile augmentent considérablement. Je ne me souviens pas des statistiques exactes. Mais c'était quelque chose, la dernière fois que j'ai vérifié, d'une augmentation de 40% à 80% de chances d'obtenir l'asile s'ils ont une évaluation médicale ou psychologique d'un fournisseur de soins de santé qui documente les preuves de leur traumatisme - qu'il soit psychologique ou médical. Donc, je ferais ces évaluations, qui impliquaient d'interroger les gens sur leurs expériences, puis d'examiner les signes physiques de traumatisme.

Abby : Pouvez-vous nous parler un peu de votre travail en tant que directrice des communications et de l'administration pour le Global Nursing Caucus ?

Lauren : Donc, au Global Nursing Caucus, j'ai commencé à faire du bénévolat là-bas, je pense, en 2016. J'en avais entendu parler par un professeur du Boston College qui connaissait un professeur de l'Université de Boston qui avait lancé ce Global Nursing Caucus. Je cherchais à m'impliquer davantage dans la santé mondiale et à travailler sur la prévention de la violence sexiste. Elle [my professor] m'a mis en contact avec cette femme, Monica Onyango, qui siège au conseil d'administration du Global Nursing Caucus. Elle est en quelque sorte devenue mon mentor dans ce domaine, donc la violence sexiste et la santé mondiale. Alors, j'ai fait du bénévolat avec eux pendant quelques années.

Maintenant, je travaille à temps très, très partiel en tant que directrice des communications et de l'administration, gérant leur site Web, aidant à promouvoir les opportunités mondiales en soins infirmiers, faisant des recherches et rédigeant leur bulletin mensuel. L'objectif du Global Nursing Caucus est le rôle des infirmières dans la pratique, l'éducation et les politiques de santé mondiale par le plaidoyer, la collaboration, l'engagement et la recherche. Tout cela est lié à maintenant, avec beaucoup de ce que je fais et apprends avec mon Master en santé internationale.

Abby : Je voulais juste te poser quelques questions sur la bourse. Nous avons eu beaucoup de candidats, et je suis vraiment curieux de savoir si vous auriez des conseils pour les personnes qui postulent pour des bourses avec nous à l'avenir, ou pour toute autre bourse. Avez-vous une aide, des idées ou des conseils que vous pourriez leur donner ?

Lauren: Je pense que mon meilleur conseil pour cette bourse particulière est d'être vraiment honnête et de réfléchir aux raisons pour lesquelles vous souhaitez partir à l'étranger et à ce qui vous passionne. Il peut être parfois difficile, je pense, d'être honnête et vraiment ouvert, mais je pense que lorsque vous écrivez un article conçu pour attirer l'attention des gens, être honnête et ouvert peut vraiment être utile.

Je pense qu'en général, avec les bourses, j'ai fait beaucoup, beaucoup, beaucoup de recherches sur Google, alors faites-le et utilisez les portails de bourses. J'étais assez hésitant, en fait, à les utiliser parce que je n'étais pas sûr que tout soit légitime ou non. Il s'avère que c'était le cas, alors c'est super ! Je demanderais également à d'autres étudiants ou personnes que vous connaissez qui ont déjà fait une demande de bourse.

Abby : Pour terminer, je voudrais juste te poser quelques questions sur tes études maintenant. Je suis curieux de savoir comment l'épidémie de COVID-19 a affecté vos études ou modifié vos plans de quelque manière que ce soit. Je vais commencer par là.

Lauren : C'est une question vraiment pertinente et bonne. COVID-19 — Je n'étais même pas sûr de pouvoir venir, alors j'envisageais de déménager et d'étudier à l'étranger depuis deux ans et demi. J'avais finalement décidé "d'accord, je le fais", je suis entré et puis il y a eu une interdiction de voyager. Je ne savais même pas si j'allais pouvoir y aller. C'était beaucoup d'anxiété jusqu'à la dernière minute, de savoir si je serais capable de voyager. J'ai beaucoup de chance d'avoir pu voyager.

Il y a des personnes dans notre programme qui viennent tout juste de venir. Alors, j'ai de la chance. C'est définitivement différent de ce que j'imaginais, étudier dans le monde de la distanciation sociale Zoom. Encore une fois, nous avons la chance, du point de vue du gouvernement, de pouvoir encore être en classe. Nous sommes vingt-huit environ. Donc, nous sommes dans un grand auditorium où nous pouvons nous distancer socialement. Ce n'est pas tout à fait l'image de socialisation que j'envisageais, rencontrer de nouvelles personnes, mais, encore une fois, j'ai toujours la chance de pouvoir interagir avec des gens du monde entier sur ce cours.

En ce qui concerne la vie en Europe, j'aime Amsterdam. C'est merveilleux de pouvoir faire du vélo et c'est beau et j'ai pu aller dans certains musées et faire quelques choses culturelles. Mais je n'ai pas pu voyager comme je l'avais peut-être espéré. Mais encore une fois, je suis assez reconnaissant d'être même juste ici.

Abby : Quel est votre long terme ? Pouvez-vous parler un peu de vos objectifs à long terme avec ce programme et où vous espérez aller à l'avenir ?

Lauren : La grande question ! Donc, je prévois toujours de rester concentré sur les droits de santé sexuelle et reproductive et la prévention et la gestion de la violence sexiste. Je fais des allers-retours entre « est-ce que je veux revenir à la prestation de soins cliniques pratiques » ou « est-ce que je veux faire plus de gestion de projet » ?

En fin de compte, ce que j'aimerais faire, c'est avoir un impact durable et encourager les autres à faire de même. Je pense que la bonne chose est que je suis flexible et j'ai beaucoup d'idées de choses qui pourraient m'intéresser. Mais je suis encore en train de le réduire. J'aime l'idée de travailler pour une organisation internationale, d'acquérir de nouvelles compétences.

Mais je trouve aussi beaucoup de valeur à défendre mes patients et à prendre soin de mes patients. Mais il y a aussi d'autres façons de le faire. Je sais que je veux me concentrer sur les populations défavorisées. Je suis encore en train de déterminer les prochaines étapes exactes. Mais ce Master en santé internationale m'aide certainement à me connecter avec d'autres personnes et à avoir plus d'idées, mais aussi à comprendre spécifiquement ce que j'apprécie vraiment.

Abby : Je pense que cela répond en partie à la dernière question que j'ai pour vous. Mais peut-être pourriez-vous en ajouter un peu. Dans l'invite de rédaction de la bourse, nous avons demandé aux candidats comment ils envisageaient de devenir un leader mondial à l'avenir et comment leur programme s'y intégrerait. Qu'en pensez-vous, maintenant que vous êtes entré dans votre programme et que vous avez commencé vos études internationales ?

Lauren : Je pense, comme je l'ai dit, si je veux travailler avec une organisation internationale, ou si je travaille dans les soins pratiques aux patients avec des personnes d'autres pays et cultures, donc des réfugiés et des immigrants, ou si je travaille dans un pays à revenu faible/intermédiaire, l'une des grandes choses qui est si importante est de pouvoir communiquer à travers les cultures et de collaborer avec des personnes de différents pays et de différentes cultures.

Lorsque vous parlez de leadership tourné vers le monde, je pense que l'une des choses que nous obtenons grâce aux voyages et peut-être à la formation scolaire, parce que nous avons eu des cours à ce sujet cet automne, c'est d'élargir votre esprit et d'être plus les préjugés ou les valeurs culturelles que vous apportez, mais aussi comment cela affecte les personnes avec qui vous travaillez dans une organisation internationale ou les patients que vous voyez et comment cela affecte leur santé. Qu'ils soient cliniciens ou non, collègues, porteurs de projets aussi. Je pense que, l'une des grandes choses que j'ai vues, c'est que j'ai commencé à développer ce leadership ouvert sur le monde en apprenant la communication interculturelle et en apprenant à me connaître un peu plus aussi.

Regardez également une vidéo de réaction de Lauren ci-dessous.

Si l'histoire de Lauren vous inspire, pensez à soutenir Thistle Farms, une entreprise sociale à but non lucratif dédiée à aider les femmes survivantes à se remettre de la prostitution, de la traite et de la toxicomanie.

Êtes-vous inspiré par cela et souhaitez-vous postuler pour notre bourse?

Nous attribuons la bourse Study a Master in Europe pour les semestres d'automne depuis 2020. Cliquez ci-dessous pour en savoir plus sur l'éligibilité et le processus de candidature!